Accueil Blog Game-based Learning, ludification et Serious Games Les serious games sont l’avenir de l’apprentissage en ligne

Les serious games sont l’avenir de l’apprentissage en ligne

Les serious games sont l’avenir de l’apprentissage en ligne

La façon d’apprendre a considérablement changé ces dernières années et elle ne cesse d’évoluer. Les méthodes qui étaient considérées jusqu’à récemment comme de la « science-fiction » sont aujourd’hui devenues une réalité dans les « salles de cours ». Si l’e-learning a représenté la première étape de ce changement, les serious games sont-ils vraiment l’outil du futur ? Font-ils déjà partie des « jeux » du présent?

Nolan Bushnell, ingénieur et chef d’entreprise américain reconnu, est l’un des pionniers du jeu-vidéo. Il affirme que si nous habituons notre cerveau à apprendre différemment, nous pouvons obtenir des résultats entre 10 et 20 fois supérieurs.

Bushnell, fondateur d’Atari et de Chuck E. Cheese Pizza, estime que l’utilisation des jeux-vidéos et des logiciels éducatifs marquera un tournant historique et transformera sensiblement notre façon d’envisager l’apprentissage pour les raisons suivantes:

  • 1. La réduction des coûts. La réduction des coûts est une caractéristique inhérente au game-based learning, car ce système est accessible depuis n’importe quel ordinateur et partout dans le monde.
  • 2. Des connexions simples avec des garanties, qui permettent de se défaire des obstacles administratifs du passé.
  • 3. La pression des résultats. Bushnell estime que l’école n’apprend pas aux enfants à se débrouiller dans la vie réelle et que beaucoup d’adultes terminent leur formation sans avoir acquis de réelles compétences professionnelles. L’apprentissage au moyen de simulateurs comme les jeux-vidéos Merchants (négociation) ou Triskelion (gestion du temps) permet de remédier à cette problématique de manière simple.
  • 4. L’adoption de la « science du cerveau » : la nouvelle façon d’enseigner repose sur une nouvelle façon d’apprendre.

Le plus important pour Bushnell est d’adopter la méthodologie de la « brain science » ou « science du cerveau ». Nous n’apprenons plus comme avant et cette évolution est inévitable. Face à ce constat, nous sommes obligés de nous adapter rapidement si nous ne voulons pas rester à la traîne. Dans une formation traditionnelle, certains s’adaptent au rythme proposé et d’autres s’ennuient ou perdent le fil de l’apprentissage, en raison des différences personnelles entre les apprenants. Les nouvelles technologies permettent de s’adapter aux besoins spécifiques de chaque personne.

Ibrahim Jabary, PDG de Gamelearn, pionnier et leader international du game-based learning, prévoit un changement imminent dans la formation d’entreprise. Pour le créateur de Merchants et Triskelion, dans 20 ans, la majeure partie de la formation intégrera des éléments de ludification et de game-based learning, des tendances déjà adoptées par un grand nombre d’entreprises dans le monde entier et vers lesquelles toutes les sociétés sont certainement appelées à se tourner.

Jesse Schell, fondateur et PDG de Schell Games, estime que ces changements n’appartiennent pas au futur mais bien au présent. Le futur est déjà en train de se produire. Schell prédit une « avalanche » de tablettes dans les écoles et l’abandon définitif des manuels scolaires. Pour l’instant, les tablettes sont des produits onéreux, mais au même titre que les téléphones portables, ces outils deviendront plus accessibles avec le temps. Schell, Jabary et Bushnell s’accordent ainsi sur un point : le changement est inévitable, il ne reste qu’à savoir quand il se produira.

Face à la question de savoir si les jeux peuvent être considérés ou non comme un outil d’apprentissage, les experts comme Schell vantent le pouvoir d’apprendre en s’amusant. Il est fréquent d’entendre les parents se plaindre que leurs enfants ne mettent pas le même enthousiasme à étudier les mathématiques qu’à jouer à Call of Duty. Les jeux, s’ils sont intégrés dans le système éducatif en tant qu’outils d’apprentissage, auront un impact significatif.

Il ne s’agit pas seulement d’impliquer les élèves, mais également d’obtenir des informations sur leur expérience d’apprentissage. Dans le cas des serious games déjà présents sur le marché, comme ceux développés par Gamelearn, le feedback constitue une partie essentielle des avantages offerts par ces outils. L’utilisateur reçoit en effet des informations constantes sur ce qu’il fait bien et ce qu’il fait mal et a la possibilité de changer et de s’améliorer jusqu’à ce qu’il atteigne son objectif. Il s’agit d’un changement fondamental de l’expérience d’apprentissage pour les personnes qui souhaitent développer leur potentiel et se réaliser sur les plans personnel et professionnel.

Et vous, comment voyez-vous l’avenir de l’apprentissage en ligne? Comment imaginez-vous la formation du futur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ebooks et livres blancs gratuits